Vie professionnelle et cancer du sein - réponses

Directrice de Juris santé, Dominique THIRRY, accompagnée de Gisèle LERCH, bénévole de l’association Vivre Comme Avant répondent à toutes vos questions en lien avec la vie professionnelle.

 

Informer ou non mon employeur

 

Chrystelle
En arrêt de travail depuis plusieurs semaines suite à une tumorectomie suivie d'une récente masectomie, j'hésite à informer mon employeur de ma maladie. Il a connaissance d'une opération, puis d'une seconde, sans plus de détails, ce qui suscite son inquiétude et celles de mes collègues avec lesquelles j'entretiens de très bonnes relations. Je suis une personne discrète, qui n'a pas pour habitude d'aborder des questions d'ordre privée dans mon milieu professionnelle. J'ai cependant conscience que je vais être mise au pied du mur lors de ma reprise et devoir m'expliquer concernant mon absence prolongée. Que me conseillez-vous ?

 

Dominique THIRRY
Vous n’avez aucune obligation légale d’informer votre employeur quant aux détails de votre état de santé. Lors de votre retour, il pourra vous accueillir, voir avec vous et le médecin du travail comment organiser au mieux votre poste et vos horaires si votre état de santé le nécessite, mais il n’aura pas le droit de vous interroger sur votre maladie. D'après votre message, vous avez d’excellents contacts avec lui et vos collègues, raison pour laquelle vous leur avez probablement expliqué que vous étiez arrêtée pour deux interventions chirurgicales. D’autres soins sont-ils prévus ? Votre arrêt va-t-il se prolonger ? Allez-vous reprendre en temps partiel thérapeutique ? Je le rappelle vous n'êtes pas contrainte par la loi de leur communiquer plus de détails et votre employeur n’a pas le droit de vous en demander. Cependant, pour faciliter votre reprise et l’organisation de votre retour, vous pouvez informer votre employeur de votre maladie sans nécessairement entrer dans les détails et donc de ne lui communiquer que les éléments essentiels.

Vous pouvez également voir avec lui ce que vous souhaitez transmettre comme information à vos collègues. Lever un peu le voile peut leur permettre, voir leur donner la chance, de mieux préparer votre retour et prévoir un accueil qui tienne mieux compte de votre état de santé. Vous pouvez réfléchir à ce que vous souhaitez ou non divulguer avec l’oncopsychologue de votre établissement de soins.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
Vous n’êtes pas obligée d’informer votre employeur de la nature de votre maladie ! Toutefois, s’il existe, comme vous le dites, un climat de confiance dans l’entreprise où vous travaillez, votre employeur pourra mieux comprendre votre absence et vous conserver votre poste, tout en faisant face à votre absence prolongée et en vous remplaçant durant la période de vos soins. De plus, vous pourriez bénéficier d’un mi-temps thérapeutique lors de votre reprise, ou d'un aménagement de votre poste, en passant par la médecine du travail.


Haut de page

Accompagnement

 

Bruno
Pendant le traitement de mon épouse pour son cancer du sein qui va durer plusieurs mois, puis-je bénéficier de temps par mon employeur pour m'en occuper ? Et si oui sous quelles conditions ?

 

Dominique THIRRY
À ce jour, il n’existe pas de congé d’accompagnement rémunéré d’un conjoint, à l’image de celui qui existe pour accompagner un enfant. Un congé est accessible mais sans rémunération. Néanmoins certaines entreprises vont au-delà de la loi et prévoient la possibilité pour leurs salariés de prendre un certain nombre de jours sans perte de salaire pour accompagner un conjoint ou un ascendant. Je vous recommande donc de vérifier auprès de votre employeur s’il a mis en place une mesure de ce type. N’hésitez pas à me contacter pour plus de détails.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
Chaque entreprise peut proposer un congé pour convenance personnelle (sans solde), tout en vous réservant un poste, qui ne sera pas forcément celui que vous occupez actuellement. La durée de ce congé ne peut pas excéder onze mois consécutifs. Mais il faudrait vous renseigner afin de connaître les conventions collectives qui fixent ces modalités dans chaque entreprise.


Haut de page

Retour en entreprise après le traitement

 

Elise
Je viens d'apprendre qu'une de mes proches va être en arrêt de plusieurs mois pour une opération et un traitement du cancer du sein.

Elle s'inquiète pour son travail et a peur de ne pas retrouver le même poste à son retour. L'employeur a-t-il le droit de changer son affectation ? Pouvez-vous me renseigner ?

 

Dominique THIRRY
Tout dépend si elle travaille dans la fonction publique ou dans le privé.
Dans la fonction publique le bénéfice du congé de longue durée s’associe à la perte possible du poste de travail. On reste titulaire mais au retour il est possible que l’on ne retrouve pas son poste mais un poste équivalent.
Dans le privé, en principe le salarié est prioritaire sur son poste de travail (s’il existe toujours) ou doit se voir attribuer un poste équivalent en termes de compétences et responsabilités.
En cas de temps partiel thérapeutique, un avenant peut éventuellement prévoir un poste différent et des horaires de travail aménagés.
N’hésitez pas à me contacter pour une réponse plus personnalisée.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
Normalement votre amie devrait pouvoir réintégrer son poste. Il est important de garder le contact avec son employeur dans un climat de confiance, afin de préserver ses droits. Malheureusement, cela ne se passe pas toujours ainsi dans la réalité. Mais la législation du travail prévoit des aménagements spécifiques dans le cas de certaines maladies : aménagement du poste, reprise en mi-temps thérapeutique... à voir avec la médecine du travail lors de la reprise.



Maline
Quand victime d'un cancer du sein on ne peut plus travailler en usine de manutention, quelles aides peut-on obtenir pour faire une formation ? Et que l'on a que 30 ans !!

Pouvez-vous me donner les propositions professionnelles de réinsertion ainsi que les aides que l'on peut obtenir après un cancer du sein, la reconstruction se faisant fin d'année, pas de diplôme spécifique que le bac + 2. Le travail au conditionnement en usine et les charges étant trop difficiles.

 

Dominique THIRRY
Je vous engage à demander à votre médecin traitant de se mettre en relation avec le médecin conseil de l’assurance maladie afin de l’alerter sur votre risque de désinsertion professionnelle et de l’intérêt de vous faire bénéficier d’un bilan de compétences, voire d’une formation pendant votre arrêt de travail à l’intermédiaire de la cellule de prévention de la désinsertion professionnelle de la CARSAT. Vous pouvez également demander une visite de pré-reprise avec votre médecin du travail afin d’anticiper les difficultés et voir s’il existe des contrats de professionnalisation possibles en interne. Par ailleurs, avez-vous effectué une demande de Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) auprès de votre maison départementale ? Vous pouvez également leur demander une formation pour vous permettre de reprendre une activité professionnelle.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
"Vivre comme Avant" n'est pas habilitée à vous aider sur ce point, mais le site du Minstère de la santé met à disposition les documents sur les droits des usagers: www.sante.gouv.fr

Des juristes spécialisés dans le droit à la santé vous proposent des entretiens confidentiels et gratuits pour répondre à vos questions administratives, sociales, financières et juridiques sur le site www.jurissante.fr.


Haut de page

Travailler durant le traitement

 

Caroline
Est-il possible de conjuguer traitement contre le cancer du sein et vie professionnelle ?

 

Dominique THIRRY
C’est parfois possible. Tout dépend du travail effectué, des aménagements horaires possibles, des traitements, de la tolérance aux traitements et de l’état de fatigue du patient. Le Code du Travail prévoit que l’on puisse s’absenter pour suivre des traitements, le médecin du travail peut vous aider à mettre en place les aménagements horaires nécessaires. Des arrêts de travail ponctuels ou un temps partiel thérapeutique peuvent aussi être prescrits.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
Cela dépend. Certaines patientes conservent une activité professionnelle. C’est souvent le cas des professions libérales. Mais il faut savoir que cela peut être difficile, voire impossible dans certaines phases du traitement. C’est à négocier avec son employeur et à étudier au cas par cas selon l’état de fatigue de la patiente. L’équipe médicale sera votre meilleur conseil.



Julie
Le code du travail prévoit-il des aménagements spécifiques (horaires de travail...) lorsque l'on est atteint d'un cancer du sein ?

 

Dominique THIRRY
Le Code du Travail ne prévoit rien de spécifique par rapport au cancer du sein. Par contre il prévoit que le salarié « malade » peut se rendre à ses traitements et des aménagements d’horaires sont alors possibles. Attention, le salaire n’est pas maintenu si toutes les heures prévues au contrat ne sont pas effectuées. Le médecin du travail peut vous aider à mettre en place les aménagements horaires nécessaires.

Des arrêts de travail ponctuels ou un temps partiel thérapeutique peuvent aussi être prescrits afin d’éviter des pertes de salaires.

Dominique Thirry, Association Juris Santé - contact@jurissante.fr

 

Gisèle LERCH
Oui, le mi-temps thérapeutique est fait pour cela. Mais il est tout à fait possible de reprendre une activité à plein temps dès que l’on s'en sent capable. Le médecin du travail peut vous aider dans cette démarche.


Nos partenaires

La vocation première de l'association Juris Santé est d’accompagner les personnes fragilisées par la maladie, le handicap ainsi que les personnes « aidant un proche malade ». L’objectif est avant tout de les épauler dans leurs démarches juridiques et administratives. L’Association réalise aussi des actions de sensibilisation auprès du grand public en droit de la santé, pour donner les moyens à chacun de gérer au mieux la période des traitements comme de l’après maladie.

Vivre comme avant est un mouvement de soutien et d’aide morale animé par des bénévoles ayant toutes vécu la maladie et un recul suffisant par rapport à celle-ci. Formées à l’écoute, les bénévoles viennent à la rencontre des femmes lors de leur hospitalisation dans les établissements de santé avec lesquels Vivre Comme Avant a signé une convention.

Le fichier à télécharger est au format Pdf. Son ouverture nécessite le logiciel Adobe Reader.
Téléchargez gratuitement Adobe Reader.