Nutrition et cancer du sein - réponses

Le Docteur RAYNARD, responsable de l’Unité Transversale de Diététique et de Nutrition au département interdisciplinaire des soins de support aux patients en oncohématologie (DISSPO) de l’institut Gustave Roussy répond à toutes vos questions sur le cancer du sein en lien avec la nutrition.

 

Régime cétogène

 

Laurine
Diagnostiquée d’un cancer du sein triple négatif de stade 2 en mars 2015, j’ai été soignée jusque fin décembre 2015 (chimio, tumorectomie, curage du bras gauche (6 ganglions sains) et 33 séances de radio thérapie). Malheureusement, je viens d’apprendre il y a quelques jours une récidive métastases à 3 endroits. Je vais commencer de nouveaux cycles de chimiothérapie et j’ai entendu parler du régime cétogène pour stabiliser les métastases. Je me documente sur ce régime pour mettre toutes les chances de mon côté, étant donné que je n’ai que 40 ans et encore de belles choses à vivre avec mes 2 enfants de 3 et 9 ans. Je l’ai commencé en individuel. Pourtant, peu ou pas d’informations auprès des oncologues concernant ce régime qui pourtant apporte des résultats concluant en Allemagne. Pourquoi n’en parle-t-on pas en France ? Quel recul a-t-on sur ce régime ? Que pensez-vous de celui-ci ?

Dr RAYNARD
Aucune étude clinique n'a, pour le moment, démontré le bénéfice du jeûne ou des régimes apparentés. Près de 30 études cliniques sont actuellement en cours dans le monde. Elles nous donneront donc des réponses à cette question. Réduire son alimentation pendant quelques jours lorsque l'on est dénutri peut aggraver la dénutrition et ses conséquences (fatigue, mauvaise tolérance des traitements...). Par contre si les médecins n'ont pas identifié de dénutrition, le risque de cette pratique est surement limité (même si le bénéfice n'est pas démontré).


Haut de page

Les aliments

 

Yveliane
Quels sont les aliments totalement interdits de manger ou de boire ?

Dr RAYNARD
Aucun. Seul le pamplemousse, dans certaines situations très particulières, peut être exclu de l'alimentation de façon transitoire.

 

Elfy
En soin contre un cancer du sein avec métastases au foie, quels sont les aliments à bannir de l'alimentation ?

Dr RAYNARD
Aucun. Une alimentation adaptée aux gènes ou symptômes ressentis doit être conseillée. Si vous constatez que tel ou tel aliment aggrave ou fait apparaitre un symptôme (diarrhée, vomissements…), il faut le mettre de côté au moins transitoirement. À contrario, si des aliments soulagent ces symptômes, il faut les privilégier. Ces constatations sont souvent très individuelles et ne peuvent pas être établies à l'avance.

 

Isabelle lho
Quelles sont les grandes classes d'aliments à privilégier et à éviter ?

Dr RAYNARD
Aucun aliment ne doit être mis de côté à priori et aucun n'est obligatoire. La consommation de viande peut être remplacée par le poisson, les œufs, le fromage, voire les légumineuses, si la viande n'est pas bien tolérée, par exemple.

 

Karima
J'ai commencé ma chimiothérapie contre le cancer du sein il y a une semaine. Et pour la nourriture, on fait comment ?

Dr RAYNARD
Une consultation chez une diététicienne peut vous aider à adapter votre alimentation. Vous ne devez rien exclure à priori, sauf si un ou des aliments aggravent vos troubles digestifs.

 

Insaf
Étant atteinte d'un cancer du sein de type HER +++, est-il vrai que je dois bannir de mon alimentation la viande rouge, les laitages, les sucres et farines blanches. Comment remédier aux carences occasionnées au corps ?

Dr RAYNARD
Aucun aliment ne doit être banni sauf par goût. La viande rouge peut être consommée selon ces recommandations : c'est à dire moins de 500 g par semaine. Les sucres raffinés ne font l'objet d'aucune restriction mais pour éviter une prise de poids excessive il faut en limiter la consommation et éviter le grignotage. Les farines blanches contenant du gluten ne posent pas de problème scientifiquement démontré. Les produits laitiers peuvent être consommés jusqu'à 3 par jour.


Haut de page

Hygiène de vie

 

Nathalie
Pendant mon enfance, je me suis très mal nourrie (beaucoup de sucreries et de grignotages). Je faisais le "yo yo" avec mon poids. Il y a 10 ans, après 3 grossesses, j'étais en surpoids (+20 kg par rapport à aujourd'hui). J'ai cependant réussi à stabiliser mon poids à partir de 2010. En 2014, à 43 ans, j'ai été soignée pour un cancer du sein HER2+ Rp- Re- (chimio, mastectomie, radiothérapie, herceptine) avec envahissement ganglionnaire (5 ganglions atteints). Je n'ai pas d'antécédents familiaux de cancer du sein. Aujourd'hui, j'ai une meilleure hygiène de vie (activité sportive et alimentation riche en fruits et légumes). Je me pose aujourd’hui la question de l'impact de la mauvaise hygiène de vie sur la survenue du cancer. Mon oncologue m'a fait comprendre que je ne devais pas culpabiliser mais il m'a précisé que le surpoids était un facteur de récidive. Qu'en pensez-vous ?

Dr RAYNARD
Parmi les facteurs de risque de cancer du sein clairement identifiés on retrouve le surpoids, la sédentarité, la consommation régulière de boissons alcoolisées et la consommation insuffisante de fibres. Le phénomène de yo-yo induit souvent une majoration de la masse grasse au détriment de la masse maigre (muscles) et donc pourrait être un élément de risque supplémentaire. De plus ce phénomène peut induire des carences en micronutriments préjudiciables à l'état de santé en général.


Haut de page

Pathologie articulaire

Bernadette
J'ai depuis 2 ans environ des raideurs dans plusieurs doigts (doigt à ressaut). Je me suis d'ailleurs fait opérée il y a 1 an d'un doigt qui me bloque dans les gestes de la vie courante (notamment au réveil), et j'envisage une autre opération. Petit à petit, mes doigts se durcissent et ont tendance à se rétracter, l'autre main subissant peu à peu le même sort. Ma question : ne pensez-vous pas que cet état de fait est dû à l'alimentation? Comment le savoir ? Un médecin généraliste ne vous proposera pas spontanément des analyses poussées (coût trop élevé ?), mais je pense que ce serait un début de solution. Dans ce cas de figure qui consulter avant d'envisager d'office l'opération (ce qui m'a été proposé d'emblée, sans chercher la cause).

Dr RAYNARD
Seul un rhumatologue pourrait répondre spécifiquement à cette question car cela dépend de la pathologie articulaire dont vous souffrez. Certaines pathologies inflammatoires peuvent liées à des comportements alimentaires (consommation excessive de gluten, obésité, ...) mais il est difficile dans votre cas de répondre précisément.


Notre partenaire

Premier centre européen de lutte contre le cancer, Gustave Roussy est un centre de soins, de recherche et d'enseignement, qui prend en charge des patients atteints de tout type de cancer.

Le fichier à télécharger est au format Pdf. Son ouverture nécessite le logiciel Adobe Reader.
Téléchargez gratuitement Adobe Reader.