ADREA Mutuelle > La Mutuelle ADREA > Prévention > Octobre rose > Bien-être et cancer au quotidien

Bien-être et cancer au quotidien - réponses

Dominique THIRRY, directrice de Juris santéGisèle LERCH, bénévole de l’association Vivre Comme Avant et le Docteur Suzette DELALOGE, Chef du comité de Pathologie Mammaire à l'Institut Gustave Roussy vous apportent leurs réponses.

 

Vivre avec le cancer du sein

Séverine
J'ai 37 ans et j'ai su cet été que j'avais un cancer du sein. Suite à ça j'ai eu une ablation le 14/09, ce qui m’a été très dure moralement pour l’aspect physique. Je vais avoir de la chimio bientôt. J'ai également très peur du visuel quand je vais perdre mes cheveux. Comment puis-je me préparer ainsi que mon fils de 30 mois car pour le moment je ne suis pas prête à me couper les cheveux ! Et puis que me conseillez-vous la perruque ou les turbans ? 

Suzette DELALOGE
C'est une épreuve difficile. N'oubliez pas de mettre le casque réfrigérant, au moins pendant les perfusions de Taxol ou taxotère, cela permet une repousse plus rapide et certaine des cheveux. Personnellement je pense, chez les femmes jeunes avec des enfants, qu'avoir prévu une perruque est bien, au moins pour l'extérieur : souvent les enfants ont du mal, non pas avec le fait de voir maman sans cheveux, mais avec le regard de leurs copains ou des autres sur maman. À la maison, liberté !! Les turbans sont sympas aussi, très colorés ou chics ou... cela dépend beaucoup de vos goûts à vous !

Dominique THIRRY 
Vous pouvez faire « désépaissir » vos cheveux par votre coiffeur pour diminuer un peu leur volume. Vous pouvez aussi demander à porter le casque réfrigérant pendant la chimiothérapie pour essayer de  limiter leur perte. Si votre chimiothérapie ne permet pas de conserver un peu de cheveux vous pouvez décider de les raser pour éviter leur chute progressive. Enfin Perruque ou turbans ne s’excluent pas : vous pouvez essayer les deux et voir ce qui vous convient le mieux selon les situations. Vous pouvez faire ces essais avant la chimiothérapie pour anticiper les visuels et les faire en deux temps : une première fois seule ou avec une personne proche et une deuxième fois avec votre fils. Votre fils est très petit aussi, sa réaction dépendra beaucoup de la vôtre. N’hésitez pas à vous faire accompagner de l’Oncopsychologue de votre lieu de traitement. Enfin vos cheveux repousseront, en général plus beaux, environ un mois après la fin de votre dernière chimiothérapie.

Gisèle LERCH
Je comprends votre désarroi. Pour faire face à la chute des cheveux, demandez dans un 1er temps à votre oncologue à partir de quel moment il pense que la perte des cheveux interviendra. Ensuite, il est conseillé de raccourcir la longueur des cheveux le plus tôt possible. D'une part pour vous habituer progressivement à votre nouvelle coupe, et surtout pour vous éviter le changement brutal lié à la perte des cheveux. Votre coiffeuse, ou la prothésiste capillaire, vous aidera à passer le cap. Il est également possible de vous équiper d’une prothèse capillaire à la longueur que vous souhaitez. Il en existe une large gamme. Cette dernière vous sera prescrite par votre chirurgien ou votre oncologue. La prothèse capillaire est remboursée par la Sécurité sociale à hauteur de 125€ et certaines mutuelles remboursent un complément. Il peut cependant vous rester une partie du coût à charge. Vous pourrez également échelonner le paiement de cette prothèse en plusieurs mensualités. Bien des prothésistes le proposent. En cas de difficulté financière, la Ligue contre le Cancer peut vous venir en aide. Il existe également des bandeaux et turbans très seyants, non remboursés, qui peuvent être adoptés à la place de la prothèse. Pour aider votre fils, la Ligue contre le cancer met à disposition un livre pour enfant : "Maman a une grave maladie" aux éditions Milan jeunesse, que vous pourrez lui lire.

 

Isabelle
On a détecté un cancer du sein à ma maman à l’âge de 89 ans. Elle n’a jamais voulu se faire opérer. Nous sommes allées à Gustave Roussy et l’adorable Dr Bentivegna lui avait prescrit du femara. Elle l’a pris pendant 2 ans environ et depuis elle ne veut plus le prendre. Elle disait que ça lui donnait des vertiges. Elle aura bientôt 94 ans. Je voudrais savoir combien de temps on peut vivre, à son âge, avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête ? Elle a de l’ostéoporose et perd sa mémoire depuis 1 an.

Suzette DELALOGE
Sans traitement, selon la forme de cancer, celui-ci peut évoluer et finir par donner des métastases dans un délai de 1 à 3 ans. On peut souvent vivre avec quelques années. Peut-être tenter un autre traitement, elle devrait revoir un médecin pour en discuter.


Haut de page

Vie pratique

Nelly
Où puis-je acheter une prothèse mammaire ?

Dominique THIRRY
Je vous recommande de vous faire prescrire cette prothèse afin d’en obtenir le remboursement par la Sécurité sociale et éventuellement le reste à charge par votre complémentaire santé. De nombreux lieux existent, plus ou moins médicalisés, où vous pourrez acheter ce type de prothèse. N'hésitez pas à passer à l’Espace de Rencontre et d’Information (ERI) de votre établissement afin de demander les bonnes adresses à l’accompagnatrice en santé.

Gisèle LERCH
Les prothèses sont vendues dans des boutiques spécialisées en prothèses et lingeries adaptées, dans les pharmacies qui ont un rayon d’orthopédie ou dans les magasins d’orthopédie. Dans certains hôpitaux, les infirmières fournissent la liste des commerçants de votre ville ou région. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez consulter les sites des 3 fabricants de prothèses où vous trouverez la liste des points de vente ou un numéro de téléphone pour les interroger : AMOENA, ANITA, THUASNE.

 

Gisèle
Est-ce que je vais pourvoir utiliser mon bras normalement ?

Dominique THIRRY
À priori oui. Je vous engage à vous faire prescrire des séances de kinésithérapie et à suivre une activité physique adaptée. Le kinésithérapeute et le moniteur d’APA (Activité Physique Adaptée) pourront vous expliquer comment éviter certains mauvais mouvements pour votre bras et votre épaule ainsi que certaines précautions à prendre pour éviter un lymphœdème.

Si vous travaillez et que vous êtes amenée à effectuer des gestes répétés, prévoyez une visite de pré-reprise avec le médecin du travail afin d’évoquer les éventuelles adaptations de postes nécessaires, voire un changement de poste.

Gisèle LERCH
L’intervention que vous avez subie peut diminuer la mobilité de votre bras. Cependant le bouger est nécessaire, un peu tous les jours, sans forcer et sans que cela provoque une douleur.

Le chirurgien et l’infirmière vont vous informer sur les mouvements que vous pouvez faire. Par exemple faire le geste de vous coiffer, mettre vos deux mains derrière la nuque, faire le geste d’agrafer votre soutien-gorge … Vous pourrez éventuellement constater une rougeur de la peau, semblable à un coup de soleil. Elle survient habituellement après la troisième semaine de traitement. Elle disparaît lentement et laisse progressivement place à une coloration brunâtre pendant quelques semaines après un retour à un aspect normal. L’équipe médicale surveillera régulièrement vos réactions au traitement, vous conseillera sur les soins à réaliser et réajustera le traitement si nécessaire.

 

Anaïs
J’aimerai contracter un prêt bancaire pour l'acquisition d'une résidence principale. Aucun assureur n'a voulu prendre en charge mon dossier en raison de mon cancer. Que me conseillez-vous ?

Dominique THIRRY
Avez-vous fait cette demande, pendant ou juste après les traitements ?

Les assureurs n’ont aucune obligation d’assurer lorsqu’ils estiment le risque assurantiel trop élevé. Ce qui est le cas lorsqu’on est en traitement. D’autres stratégies peuvent être mises en place mais dépendent des situations patrimoniales individuelles. J’aurais besoin de plus de détails pour vous faire une réponse complète, n’hésitez pas à me contacter : contact@jurissante.fr

Gisèle LERCH
La loi est claire à ce sujet, le droit à l'oubli de la maladie intervient, dans le cas du cancer du sein, au bout de cinq ans après la maladie. Ensuite vous pouvez toujours essayer de négocier avec votre banque si une personne peut se porter garante pour vous.


Haut de page

Accompagnement

Nadine
Lors d'une hospitalisation pour le traitement d'un cancer, est-ce à la patiente de faire appel à l'Association "Vivre comme avant" ou ce service est-il proposé par l'hôpital ? Est-il gratuit ?

Gisèle LERCH
Vous pouvez contacter "Vivre Comme Avant" à tout moment de votre parcours avec la maladie. Certains hôpitaux ont mis en place un partenariat avec l’association et permettent ainsi que chaque patiente puisse bénéficier de la visite, non obligatoire, d’une bénévole de "Vivre Comme Avant".

 


Haut de page

Mon entourage

Lucette
Qu’est-ce que je peux dire à mes filles sans les inquiéter ?

Dominique THIRRY
Je vous recommande de prendre contact avec l’oncopsychologue de votre établissement de soins afin d’évaluer ce que vous pouvez dire à vos filles, notamment en fonction de leur âge. Ce professionnel pourra éventuellement vous accompagner si vous éprouver des difficultés à aborder ce sujet seule avec vos filles et pourra les recevoir de façon suivie si nécessaire. Par ailleurs, de nombreux ouvrages existent aujourd'hui qui peuvent vous aider. N’hésitez pas à faire également un tour dans votre ERI qui en met peut être certains à disposition.

Gisèle LERCH
Si vos filles ont moins de 50 ans, elles ne sont pas concernées par le dépistage organisé. Vous pouvez simplement leur préconiser : de rester attentive à leurs seins et de signaler à leur médecin tout changement pouvant survenir (écoulement, bosse, rougeur, changement de la peau ou du mamelon), de se faire suivre régulièrement par leur médecin traitant ou le gynécologue qui, entre autres soins, réaliseront un examen clinique des seins (cet examen est préconisé 1 fois par an pour toutes des femmes à partir de 25 ans en vue de déceler d’éventuelles anomalies d’un sein). D’une façon générale, les inciter à prendre soin de leur santé, de leur corps et éviter les facteurs de risque : avoir une alimentation équilibrée, surveiller leur poids, pratiquer une activité physique régulière, ne pas fumer, limiter leur consommation d’alcool…




Nos partenaires

La vocation première de l'association Juris Santé est d’accompagner les personnes fragilisées par la maladie, le handicap ainsi que les personnes « aidant un proche malade ». L’objectif est avant tout de les épauler dans leurs démarches juridiques et administratives. L’Association réalise aussi des actions de sensibilisation auprès du grand public en droit de la santé, pour donner les moyens à chacun de gérer au mieux la période des traitements comme de l’après maladie.

Vivre comme avant est un mouvement de soutien et d’aide morale animé par des bénévoles ayant toutes vécu la maladie et un recul suffisant par rapport à celle-ci. Formées à l’écoute, les bénévoles viennent à la rencontre des femmes lors de leur hospitalisation dans les établissements de santé avec lesquels Vivre Comme Avant a signé une convention.

Premier centre européen de lutte contre le cancer, Gustave Roussy est un centre de soins, de recherche et d'enseignement, qui prend en charge des patients atteints de tout type de cancer.

Haut de page


Le fichier à télécharger est au format Pdf. Son ouverture nécessite le logiciel Adobe Reader.
Téléchargez gratuitement Adobe Reader.