Activité physique et cancer du sein - réponses

Directeur Général Adjoint de la Fédération CAMI Sport & Cancer, Florent HYAFIL, accompagné de Suzette DELALOGE, chef du comité de Pathologie Mammaire à l'institut Gustave Roussy, répondent à toutes vos questions en lien avec l’activité physique.

 

Activité physique régulière

 

Yveliane
Faut-il vraiment avoir une activité physique de façon très régulière ?

 

Florent HYAFIL
Votre question est forcément des plus pertinentes. L'activité physique est une source de bien-être pour le corps et l'esprit. Il est cependant prouvé que pour avoir une efficacité thérapeutique face au cancer, l'activité physique doit être pratiquée sous certaines conditions.

Et en effet, cette notion de régularité est bien une des composantes déterminantes pour être efficace. Cette régularité est en lien avec la fréquence, le nombre de séances par semaine et la durée des séances. Pour mémoire, pour une bonne santé et en prévention des cancers, les recommandations officielles sont au minimum de :

  • une heure d’activité physique (AP) par jour pour les enfants et adolescents (marche, activité sportive ou de loisirs, jeux actifs) ;
  • 30 minutes par jour de marche tonique pour les adultes, en plus des activités quotidiennes. L’OMS préconise 150 minutes par semaine d’AP d’intensité modérée à intense ou 75 minutes d’AP d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente des deux, et de doubler ces durées pour un bénéfice supplémentaire.

Cette AP peut être fractionnée en une ou plusieurs séquences courtes d’une durée minimale de 10 minutes, avec un même effet bénéfique, ce qui permet de l’intégrer plus facilement à la vie quotidienne (courtes séries d’exercices répétées, déplacements à pied ou à vélo).

Une fréquence de 2 à 3 séances d’une heure par semaine est requise pour un effet continu et optimisé car certains des bénéfices de l’activité physique disparaissent après une période d’inactivité prolongée. Par exemple, la sensibilité à l’insuline et la captation du glucose par les muscles sont améliorées par l’AP pendant une durée maximale de 24 à 36 heures entre deux séances.

L’idéal serait de pouvoir pratiquer au minimum 2 séances d’une heure par semaine. Certains types de cancer étant "Intensité Dépendant", ce nombre peut être augmenté.



Nathalie
J'ai assisté à une conférence à l'IGR où il était précisé que l'activité physique régulière diminue de :

  • 25 % les risques d'apparition d'un cancer du sein,
  • 43 % les risques de récidive d'un cancer du sein. Ce chiffre me semble énorme et trop méconnu.

Pourriez-vous nous expliquer les effets sur l'organisme qui conduisent à ces résultats ? Validez-vous ces données ?

 

Florent HYAFIL
Ce sont des données corrélées à des études, démontrées sous certaines conditions, associées à une hygiène de vie saine (alimentation équilibrée, peu d’alcool, pas de tabac) et à l’effet préventif de l’Activité Physique (AP).

Plusieurs mécanismes bien démontrés, qui mettent principalement en jeu le système hormonal et le fonctionnement inflammatoire et métabolique, expliquent l’impact positif de l’activité physique sur un organisme atteint par un cancer et donc sur les risques d’apparition ou de récidive.

Pour se multiplier, les cellules cancéreuses ont besoin de stimulations, qui sont en particulier produites par certaines hormones comme les estrogènes issues des ovaires et des tissus graisseux, l’insuline produite par le pancréas, et les adipokines secrétées par les tissus graisseux. L’activité physique permet de freiner la croissance des cellules cancéreuses par la combinaison de plusieurs actions qui limitent ou diminuent ces stimulations.

La masse grasse, en particulier abdominale, est la source de certaines des hormones qui stimulent le développement des cellules cancéreuses. En contribuant à diminuer la masse grasse, l’activité physique contribue à diminuer la sécrétion de ces hormones et à limiter le développement du cancer.

 

Suzette DELALOGE
Je ne valide pas ces chiffres personnellement. Je ne sais pas de quelle conférence il s'agit, désolée.


Haut de page

Le temps à consacrer au sport

 

Isa lho
Quel est environ le nombre d'heures par semaine qu'il faut consacrer au sport pour rester en bonne santé ? Je viens d'avoir 50 ans et je fais environ 7h de sport par semaine : vélo pour aller au travail, marche entre midi et 14h00, natation 1 fois par semaine et le week-end : marche 1h environ, kayak, nage tranquille et soleil, l'hiver du ski de randonnée et du skating.

 

Florent HYAFIL
Vous semblez être physiquement très active. Continuez ainsi tant que faire se peut !

Il est prouvé aujourd’hui qu’adopter un style de vie physiquement actif et maintenir un « poids de santé » aident à réduire les risques de développer un cancer.

D’une manière générale, l’activité physique exerce un effet protecteur indirect sur l’ensemble des cancers pour lesquels il est bien démontré que le surpoids est un facteur aggravant, comme les cancers du côlon, du sein, de l’endomètre, du rein, du pancréas, de l’œsophage, de l’ovaire et de la prostate.
Pour une bonne santé et en prévention des cancers, les recommandations officielles sont au minimum de :

  • une heure d’Activité Physique (AP) par jour pour les enfants et adolescents (marche, activité sportive ou de loisirs, jeux actifs) ;
  • 30 minutes par jour de marche tonique pour les adultes, en plus des activités quotidiennes. L’OMS préconise 150 minutes par semaine d’AP d’intensité modérée à intense ou 75 minutes d’AP d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente des deux, et de doubler ces durées pour un bénéfice supplémentaire.

Cette AP peut être fractionnée en une ou plusieurs séquences courtes d’une durée minimale de 10 minutes, avec un même effet bénéfique, ce qui permet de l’intégrer plus facilement à la vie quotidienne (courtes séries d’exercices répétées, déplacements à pied ou à vélo).
La notion d’intensité est importante. Sans complications de santé, marcher à 6 km/h sur un terrain plat pendant 45 minutes a moins d’effets qu’à 4 km/h pendant 20 minutes mais dans une belle côte !
L’élévation du rythme cardiaque, la sudation et tenir difficilement une discussion pendant l’effort sont les signes d’une intensité déjà importante ayant un vrai bénéfice métabolique.



Nicole Yvonne
Pour qu'il soit efficace combien de temps dois-je consacrer au sport par semaine ? Merci pour tout ce que vous faîtes.

 

Florent HYAFIL
L’OMS définit 3 types de prévention : primaire / secondaire / tertiaire.
L’Activité physique (AP) va agir dans tous les cas.

En prévention primaire, vous trouverez des éléments de réponse dans celle effectuée pour Isa lho. L’effet protecteur de l’activité physique est indéniable pour éviter les problèmes de prise de poids, de diabète de type II, d’ostéoporose …

Dans le cadre des cancers :

En prévention secondaire, l’AP va agir sur les mécanismes de croissance des cellules cancéreuses (hormones sexuelles et lipidiques, ainsi que les mécanismes de l’insuline et de captation du glucose).

En prévention tertiaire, l’AP aura un effet sur certaines complications des traitements (réduire la toxicité des traitements, la fatigue, douleurs, troubles cognitifs, régulation de la prise de masse grasse…).

L’efficacité thérapeuthique de l’AP face au cancer est liée à son intensité, sa durée et sa fréquence.
Si vous souhaitez en savoir plus sur les effets métaboliques en lien avec le cancer, je vous invite à consulter également la réponse faite à Nathalie.


Haut de page

Un sport adapté

 

Valérie08
Je viens de subir 2 tumorectomies bilatérales avec curage axillaire, retrait de plusieurs ganglions… On m'a conseillé de faire du sport mais vu mes opérations il faut que je me limite, je n'ai aucun détail. Quel sport ? Comment ? Combien de fois par semaine ?

 

Florent HYAFIL
Pratiquée en post-opératoire chez des patientes opérées par mastectomie et curage ganglionnaire axillaire, l’activité physique n’entraine pas de complications fonctionnelles. Au contraire, une amélioration de la mobilité de l’épaule homolatérale est généralement observée sans majoration de la douleur et du risque de lymphœdème.

La crainte d’une complication fonctionnelle (rigidité articulaire) ou esthétique (lymphœdème), après chirurgie mammaire, ne constitue plus un frein pour démarrer une activité physique précoce, qui, bien conduite, va permettre de réduire les séquelles fonctionnelles post-thérapeutiques.

Au regard de ce que vous subissez, vous devez certainement bénéficier d’un suivi avec un kinésithérapeute pour les drainages lymphatiques et afin d’éviter les adhérences cicatricielles. Aucun sport n’est réellement à proscrire à la suite de ce suivi.

Nous ne sommes jamais partisans à la CAMI de déconseiller formellement une activité physique à moins de contre-indications absolues (cardiaques, certains types de métastases …). Tout dépend en général de la personne qui vous encadre et de la manière dont vous pratiquerez cette activité physique.

Dès lors, obtenez un certificat de non contre-indications par votre médecin spécialiste ou généraliste. Assurez-vous de la possibilité d’avoir une approche progressive de la discipline choisie et du niveau d’expertise du professionnel qui l’encadre (de préférence : un éducateur initié aux problématiques post-cancer, si vous n’avez pas d’effets secondaires invalidants, ou spécialisé comme les professionnels de la CAMI si vous en avez).

Evitez les gestes rapides non contrôlés des membres supérieurs (les frappes avec raquette si vous débutez, par exemple) et les levées de charges brutales (comme le « BodyPump » si vous connaissez le concept des Mills…).

Concernant le nombre de fois par semaine, la fréquence recommandée varie de manière individualisée mais généralement elle se situe entre 2 et 3 fois par semaine avec 45 minutes d’activité effective à ces séances. Cela pour un effet continu et optimisé sur votre métabolisme car certains des bénéfices de l’activité physique disparaissent après une période d’inactivité prolongée. Par exemple, la sensibilité à l’insuline et la captation du glucose par les muscles est améliorée par l’Activité Physique pendant une durée maximale de 24 à 36 heures entre deux séances.

 

Suzette DELALOGE
Tous les sports sont possibles (sauf les haltères ou sports de force des membres supérieurs) : vélo, marche, natation+++, tennis, zumba, danse, yoga ... Il est bien d'avoir une activité physique au moins 40 minutes par jour, comme la marche rapide, et un sport au moins 1h00 deux fois par semaine !



Yveliane
Puis-je trouver une activité physique adaptée à mon cas ? Tout ce que j'ai pu faire jusqu'ici a été négatif, je n'ai pas pu continuer car c'était beaucoup trop douloureux (piscine avec un kiné, gymnastique douce à Baclesse, sophrologie…).

 

Florent HYAFIL
Il est assez difficile de vous faire des recommandations compte tenu du peu d’éléments que j’ai sur votre situation. Que ce soit concernant votre cancer ou un diagnostic posé par un médecin ou un kinésithérapeute sur votre douleur. Cependant, un indice attire mon attention, vous parlez de Baclesse. Nous avons un éducateur de la CAMI à Caen. Ce serait opportun que vous preniez contact avec lui.

Pour vos douleurs, il est important d’en identifier l’origine afin de travailler avec et non contre elle. Par exemple une épaule douloureuse peut être due à un conflit sous acromial, une capsulite, l’arthrose, voire des problèmes de cervicales… Nos éducateurs sont formés pour travailler avec vous afin de vous permettre de vous servir de toute la chaine ostéo-articulaire autour de la zone douloureuse afin de rendre un mouvement plus efficient, moins contraignant et cela même dans un geste sportif.

 

Suzette DELALOGE
Sans connaitre votre cas, nous ne pouvons pas vous aider mais il est évident que vous pouvez trouver un sport adapté à votre cas ! Il faut en discuter avec vos médecins à Baclesse.



highmcl
Après un curage axillaire, puis-je envisager de reprendre une activité telle que le badminton ou le golf ?

Florent HYAFIL
Passé un délai minimum de trois semaines après une chirurgie et en accord avec le médecin, l’Activité Physique (AP) peut apporter des effets bénéfiques notables sur les conséquences des chirurgies. Des mouvements musculaires appropriés et bien dirigés mobilisent les plans cutanés et musculaires, et permettent ainsi de limiter les adhérences et les douleurs qui peuvent y être associées.

En cas de curage axillaire suite à un cancer du sein, une AP dirigée permet de retrouver la mobilité de l’épaule et de limiter le risque de lymphœdème.

Ce sont les chocs, les vibrations, ainsi que des gestes rapides non contrôlés qui sont à éviter. Vous parlez de reprise, ce qui sous-entend que vous maitrisez les disciplines, le placement du corps, l’utilisation du bras de manière contrôlée. Dans le cas contraire et sans un professionnel sportif formé spécifiquement à votre problématique pour vous suivre, vous conseiller, être à vos côtés, je le déconseillerais.

Certains sont tentés de faire changer de latéralité du bras pour pratiquer, nous n’en sommes pas partisans, cela dénaturant la discipline.

 

Suzette DELALOGE
Oui très bien. Reprendre doucement une activité physique, sans effort violent initial est idéal pour se remuscler progressivement.



Chrystelle
Agée de 48 ans, j'ai subi une tumorectomie le 09 septembre, suivie d'une récente mastectomie. Je souffre de ne plus pouvoir pratiquer l'équitation et le fitness (body pump) : mes sports favoris. Quand pourrais-je reprendre une activité sportive et à quel rythme ? Les traitements qui pourraient m'être indiqués sont-ils un frein à cette reprise (fatigue ...) ?

 

Florent HYAFIL
Votre situation nécessiterait une approche individualisée avec un bilan complet afin de déterminer les conséquences de vos effets secondaires (amplitude articulaire, douleurs, évolutions cicatricielles, troubles divers …), votre suivi par un kinésithérapeute ou non, votre niveau de pratique physique antérieur à vos traitements. Cela afin de déterminer au mieux le moment où vous pourriez reprendre ces activités.

Vous trouverez des éléments de réponse dans celles effectuées à Valérie08 et Jadice. Sachez qu’en fonction de chacun et selon les consignes pédagogiques que donne l’éducateur dans la discipline sportive qu’il propose, il peut être envisagé de reprendre le sport à très court terme. La notion de progressivité est primordiale, il est souvent risqué de vouloir reprendre ses activités sportives au même rythme que là où on les a laissées au début de ses traitements, surtout si elles étaients intenses.

 

Suzette DELALOGE
Dès la cicatrisation bien acquise, vous pourrez reprendre vos sports favoris et les poursuivre pendant les autres traitements sauf si vous êtes trop fatiguée. Même en cas de chimio, ils peuvent être poursuivis raisonnablement.

 

Odile
Est-ce que je vais pouvoir faire du sport après mon opération et mon traitement ?


Dominique THIRRY, Association Juris Santé,
Je vous engage à reprendre dès à présent une activité physique adaptée si votre état de santé le permet. À priori, très peu de sports sont interdits après la chirurgie et les traitements. Je vous conseille de vous rapprocher de votre médecin et chirurgien pour leur poser la question.

Gisèle LERCH, Association "Vivre comme Avant",
L'activité physique est conseillée après la maladie. Elle doit être adaptée à votre état de santé. Elle vous permettra de vous réapproprier votre corps, de bouger, de prendre un temps pour vous. La marche, la danse, la gymnastique sont recommandées. La natation est possible 1 mois environ après l’opération, c’est-à-dire le temps que la cicatrisation soit réalisée. Il est néanmoins important de ménager l'épaule et le bras du côté du sein traité. Il faut éviter le plus possible les mouvements brusques, les étirements, les contractions musculaires brutales et les gestes violents. Petit à petit vous récupérerez votre énergie et serez capable de faire le sport que vous aimez.


Jeanine
Il y a 6 ans, j'ai été opérée d'un cancer du sein à 82 ans et suis encore suivie régulièrement. Je suis très fatiguée et je n'ai pas toujours le moral. Le sport n'est plus pour moi. Que me conseillez-vous ? J’habite une petite ville de province...


Gisèle LERCHAssociation "Vivre comme Avant",

Vous avez été opérée il y a 6 ans et êtes âgée de 82 ans ? Tout d'abord permettez-moi de vous adresser mes félicitations.

Qu'entendez-vous par sport ? Pouvez-vous sortir de chez-vous ? L’inactivité physique, paradoxalement, peut entraîner une sensation de fatigue.

Tout dépend de votre autonomie physique. Mais il existe diverses activités adaptées, non violentes, comme le Shiatsu, le Qi gong, qui ne demandent pas d’efforts physiques, mais qui permettent de remettre son corps en mouvement tout en douceur, en n’oubliant aucune partie du corps. Certains coachs sportifs se déplacent à domicile.

Certains coachs sportifs se déplacent à domicile.

Vous pouvez marcher tous les jours au moins 30 minutes, un peu et à votre rythme. C’est un bon exercice cardio-vasculaire qui permet de s’aérer et de se changer les idées, tout en restant en accord avec la nature (bon pour le moral).

Si vous ne pouvez pas accéder à ces activités, il est possible que votre médecin vous prescrive soit une cure thermale pour vous remettre en forme, soit/et des séances de kinésithérapie pour vous mobiliser et apprendre quelques mouvements à reproduire à la maison.

Quant aux cures thermales, il en existe plusieurs, bien adaptées aux femmes opérées d’un cancer du sein, qui proposent une prise en charge globale : avec activité physique adaptée, diététique, kinésithérapie, hydrothérapie, drainage lymphatique, soins onco-esthétiques,  prise en charge psychologique et groupes de parole.

Je citerai, la Bourboule, Avène, La Roche Posay, Amélie-les-Bains, Bains-les-Bains, Barbotan-les-Thermes, Bourbon l'Archambault, Cambo-les-Bains, Challes-les-Eaux, Cransac-les-Thermes, Eugénie-les-Bains, Gréoux-les-Bains, Jonzac, La Preste-les-Bains, Lamalou-les-Bains, Le Boulou, Le Mont-Dore,  Luxeuil-les-Bains, Molitg-les-Bains, Prechacq-les-Bains, Saint-Amand-les-Eaux, Saint-Honoré-les-Bains, Saint-Laurent-les-Bains.

Ces cures sont remboursées par la Sécurité sociale, en dehors du logement. Enfin, dans le cadre de l'Affectation de longue Durée (ALD), vous pouvez bénéficier d'une aide psychologique.


Haut de page

Centre CAMI Sport & Cancer

 

Jadice
Je suis actuellement en récidive d’un cancer du sein triple négatif soigné il y a 6 mois. Pendant ces 6 mois, entre mes 2 cancers, je n’ai pas arrêté de faire du sport en combinaison d’une alimentation saine : piscine (quand la radiothérapie était terminée), marche, vélo elliptique tous les jours. Malgré tout : récidive 6 mois après la fin de ma radiothérapie... Je continue malgré tout avant de commencer ma nouvelle chimiothérapie.

Depuis juin 2015, j’attends avec patience l'ouverture d’activités sportives CAMI dans le Nord-Pas de Calais. A-t-on espoir qu’un pôle s’ouvre prochainement ? Quand je clique sur la carte sur ma région, ça m’indique, depuis maintenant 1 an ½, que l’ouverture aura lieu prochainement.

 

Florent HYAFIL
Vous avez réussi à continuer votre pratique du sport malgré les complications de votre cancer. Votre démarche est fondamentale pour optimiser l’action des thérapeutiques et limiter au maximum certains effets secondaires.

Pour vous répondre au sujet du développement de notre activité près de chez vous : à la CAMI, nous sommes actuellement engagés dans un chantier de restructuration national. Ce projet a pour ambition de répondre avec la plus grande efficience et qualité à toutes les personnes touchées par la maladie. Nous sommes persuadés qu’en mutualisant nos forces avec d’autres structures nous arriverons à un service rendu des plus qualitatifs.

Nous avons pour vocation à ce que l’activité physique s’inscrive pleinement dans le parcours de soins traditionnel en cancérologie. À ce titre, nous mettons toutes les conditions et critères à ce que cela soit considéré comme une vraie thérapeutique à part entière.

Le respect des critères d’intensité, de durée, de fréquence et de sécurité pour chaque patient, durant son suivi avec nos éducateurs, est une priorité. Le cadre d’exercice doit donc être adapté et nous devons avoir des professionnels formés en tant que véritables experts.

Ce développement est très long, rigoureux et couteux. Nous nous battons donc jour après jour pour inciter les pouvoirs publics à considérer notre travail comme important.

Le Nord-Pas de Calais fait partie des départements prioritaires. Un Pôle Sport et Cancer CAMI vient d’ailleurs d’ouvrir ses portes au Centre Oscar Lambret pour les patients qui y sont suivis et nous espérons rapidement pouvoir déployer des cours « ambulatoires » (de ville) dans cette continuité.


Nos partenaires

La CAMI Sport & Cancer développe des programmes d’activités physiques et sportives pour les personnes (hommes, femmes, enfants) touchées par un cancer et ce dès le début du diagnostic et à tout moment du parcours de soins.

Premier centre européen de lutte contre le cancer, Gustave Roussy est un centre de soins, de recherche et d'enseignement, qui prend en charge des patients atteints de tout type de cancer.

Le fichier à télécharger est au format Pdf. Son ouverture nécessite le logiciel Adobe Reader.
Téléchargez gratuitement Adobe Reader.